Johnny : l’héritage d’une légende

C’est la suite logique d’une chronique légendaire, comme si Johnny Hallyday pouvait encore rompre les codes. Un testament à sa démesure que contestent ses enfants, Laura et David.

Laeticia Hallyday, ses filles, Laura Smet et David Hallyday lors des obsèques du chanteur. (Reuters)

Pascal Louvrier s’en amuse : « C’est un testament rock’n’roll ! ». Et comment ! Deux mois après la mort du taulier, les clans s’écharpent autour de son héritage. Coup de théâtre. A la manière des lamentations larmoyantes héritées de la tragédie grecque, Laura Smet s’indigne dans une lettre post mortem diffusée sur la scène médiatique. « J’ai appris, il y a quelques jours, que tu aurais rédigé un testament nous déshéritant totalement David et moi », écrit-elle. Elle poursuit avec fatalisme :  » Je t’entends, papa, et moi, j’ai choisi de me battre. J’aurais préféré que tout cela reste en famille, malheureusement, dans notre famille c’est comme ça… ». Laura achève : je t’aime, papa. Fermez rideaux.

« On se contente de chaque miette, de chaque seconde, de chaque souvenir. » – 20 Ans, Johnny Hallyday.

Sur Facebook, les fans réagissent d’une autre manière : « Le seul héritage de Johnny, c’est sa musique et elle appartient à ses fans, le reste on s’en fout. » Tout ce qu’on lui reproche, c’est d’être parti. Aurait-on pu éviter ce cataclysme médiatique ? Certainement pas. Ça fait partie du mythe. Un dieu du rock, ça ne meurt pas, ça continue de briser les codes et les guitares.

Fils de personne, il s’est construit tout seul

Johnny n’a pas grandi comme une star. Son héritage, il l’a inventé. C’est pour ça que son public l’aime, parce qu’il vient de partout et de nulle part à la fois. Il a cette notion de la réussite que la bien-pensance déteste : travailler, travailler, travailler. Il n’a pas eu besoin de porter le nom de son père, il s’en est même détaché, à contrario de David qui s’en est emparé pour s’illustrer dans la chanson. Hériter du nom de Johnny, ça vaut bien-sûr toute les richesses du monde…

Johnny n’était pas fait pour être père. Sa vie était faite de débauche et de succès, pas de couches et de biberons. Le début des années 2000 marque alors un profond changement, lorsqu’il adopte Jade et Joy. Johnny devient papa.
On ne rattrape pas le temps mais on se rattrape soi-même. C’est ce qu’il réalise grâce à Laetitia. C’est ce qu’il a raté avec David et Laura. C’est aussi ce qu’il a tenté de réparer. 

En léguant l’ensemble de son patrimoine à Laetitia, Johnny préserve ses droits et son public. Il n’y a rien à justifier. C’est comme ça. C’est Johnny.

 

Maud PROTAT-KOFFLER

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s